Le carême : chemin de conversion

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

CarêmeL’appel à la conversion est présent dès les premières exhortations de Jésus : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » (Marc 1,15), mais il retentit plus fortement encore pendant le temps du Carême. La conversion ne peut se réduire à un simple ravalement de façade… Jésus connaît bien les façades, y compris celles des tombeaux, et n’hésite pas à dénoncer ceux qui disent mais ne font pas : « Malheureux êtes-vous, vous qui ressemblez à des sépulcres blanchis : au dehors, ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts… » (Matthieu 23,27). Il n’y a pas de foi chrétienne sans volonté affirmée de conversion. Pas de crédibilité chrétienne sans volonté affirmée de conformer les actes aux paroles. L’imitation du Christ est, sur ce point, incontournable : « C’est un exemple que je vous ai donné. Ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi. » (Jean 13,15)…

Prendre résolument la route du Carême avec Jésus, c’est envisager l’effort maintenu d’un changement intérieur, c’est ouvrir notre cœur, avec amour et confiance, à la volonté de Dieu sur nous. Une volonté qui n’aliène pas notre liberté et nous permet de vivre, jusque dans les nuits douloureuses de l’épreuve, une véritable renaissance, comme le laissait entendre Jésus à Nicodème : « Ne t’étonne pas si je t’ai dit « il vous faut naître d’en-haut »… « (Jean 3, 7)

Mgr André Dupleix, recteur honoraire de l’Institut catholique de Toulouse