Courrier de l’ERI

Dans le contexte providentiel que nous vivons, marqué par le souvenir de la conclusion du concile Vatican II, le 8 décembre 1965, il y a cinquante ans, et encore par la proximité du synode des Évêques sur la famille, je voudrais, dans cette lettre, partager avec vous l’espérance que notre Mouvement me donne pour l’avenir de la famille chrétienne dans l’Église...

« Elle est dure, cette parole ! Qui peut l’écouter ?» (Jn 6,60), fut la réaction de beaucoup de disciples aux mots de Jésus après la multiplication des pains. Dans une claire allusion à l’eucharistie, Jésus dit que sa chair est une vraie nourriture, que son sang est une vraie boisson.

Dans les lettres antérieures que je vous ai écrites j’ai maintenu comme thème de fond pendant ces années l’attention sur deux points concrets d’effort de la méthodologie spirituelle de notre Mouvement, à savoir, le devoir de s’asseoir et la prière conjugale.

Dans l’Écriture, nous trouvons cette phrase : je place devant vous deux chemins : le chemin de la vie et le chemin de la mort (cf. Dt 30, 19). Suivez le chemin de la vie et vous vivrez, alors que l'autre, même s’il semble facile et attrayant, nous éloigne de nous-mêmes et nous conduit à la mort...

Discerner les voies permettant de rénover l’Église et la société dans leur engagement pour la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme...

Soyez courageusement fidèles à la mystique de notre Mouvement, un don et un charisme que le Seigneur a donné à l'Église et qui est si nécessaire aujourd’hui comme au moment de ses origines : cherchons ensemble, comme alors, les chemins de la fidélité à l'Évangile et à l'Église...

Donner l'avenir tout entier à la personne aimée...

Nous avons comme charisme et mission de témoigner dans l'Eglise et dans le monde la Joie de vivre l'idéal de la sainteté chrétienne dans le mariage !

Pages