Lettre d'Avril 2018

Version imprimable PDF version Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Père Farias

Très chers Couples

Le Pape François a publié récemment, une lettre apostolique sous forme de «motu proprio» adressée aux Évêques, dans laquelle il leur rappelle qu’il faut «apprendre à dire au revoir». Le Pape se référait à la résignation à laquelle les évêques sont invités, quand ils atteignent l'âge de 75 ans. Après une vie dédiée au service de l’Église dans les plus hautes responsabilités, les évêques ont besoin de se reposer et de préparer, selon la belle expression de Benoît XVI, le «dernier voyage».

Après ces six longues années au service de notre Mouvement comme Conseiller Spirituel de l’ERI (Équipe Responsable Internationale), moi aussi je suis invité à «apprendre à dire au revoir» ! Au début, cela me semblait presque une éternité ; maintenant, après six ans, il semble que ce temps a passé si rapidement, c'était hier !

Il est vrai que l’heure proprement dite de l' «au revoir» n’a pas encore sonné ; ce sera seulement à la fin du Grand Rassemblement à Fatima, en juillet prochain. Aujourd'hui, il s’agit seulement d'apprendre à vous dire «au revoir» à vous tous, très chers couples. J’aimerais bien vous remercier pour votre lecture attentive de mes lettres tout au long de ces six années. Il a été pour moi très gratifiant d’entendre beaucoup d’entre vous me dire lors des Collèges ou en d’autres circonstances : «maintenant nous pouvons vous connaître personnellement, d’une manière différente que par les lettres» ! Vous m’avez donné le souffle pour continuer ce service d’animation, pour enraciner mes frères dans la foi et dans l’enthousiasme de vivre la sainteté du sacrement du mariage, en couple et en famille.

Comme vous le savez, je n’ai pas fait autre chose que vous exhorter à la fidélité à la mystique et à la pédagogie de notre Mouvement ; à la fidélité aux points concrets d’effort, avec une insistance particulière sur deux d’entre eux : la prière conjugale et le devoir de s’asseoir. Associés aux autres, ces deux points concrets d’effort sont même indispensables, car si vous n’êtes pas capables de prier ensemble comme couple comment allez-vous vivre votre mariage à la lumière de la foi ? Le devoir de s’asseoir en présence de Dieu et dans un climat de prière aide le couple à centrer sa vie sur Celui qui est la raison d’être du chrétien qui vit son union conjugale dans le Seigneur. La mission pour laquelle les couples sont aujourd’hui appelés, si elle ne rayonne pas par un témoignage de vie dans la sainteté en couple et en famille, elle ne saurait aboutir.

Si, au commencement, le désir des couples fondateurs et du Père Caffarel était de chercher comment vivre la sainteté en couple et en famille, aujourd’hui ce désir devient une mission : celle de proclamer, par la parole et par le témoignage, dans un monde qui ne croit plus, que l’idéal du mariage chrétien vaut la peine d’être vécu. Je crois fermement que le mariage chrétien, comme levain, sauvera le monde du chaos où il se trouve aujourd’hui. Il n’y a pas d’espoir pour le monde, sans le ferment, sans la présence de la famille chrétienne.

Voilà mon testament, mon désir le plus fort pour vous tous. Que le Seigneur qui vous a unis par le lien du sacrement du mariage vous bénit et vous protège. Que le Cœur Immaculé de Marie soit votre refuge et le chemin qui vous conduit à Dieu. En juillet prochain, nous irons à Fatima pour le Grand Rassemblement et nous demanderons à notre Mère sa protection maternelle pour notre Mouvement et pour chacun de vous en particulier. Je vous porte toujours dans mon cœur et dans ma prière sacerdotale !

P. José Jacinto Ferreira de Farias, scj
Conseiller Spirituel de l’ERI

 Lire le Courrier de l'ERI
Par To & Zé MOURAS SOARES